AccueilAccueil  Forum Central  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Enlèvement

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Institut New York
Mes messages : 92
Inscrit le : 26/04/2012
Age : 26
Mon avatar : Eva Green
© Copyright : Dylan - Valingaï
J'habite à : Staten Island
Métier/Etudes : Médecin légiste
Age du perso : 30
Je suis : célibataire
avatar
Anna Stove
MessageSujet: Enlèvement   Mer 12 Fév - 21:15


Titre du rp


◮ Prénoms et Noms des participants au rp : Anna Stove et PNJ
◮ Date du sujet : Le samedi 9 novembre
◮ Moment de la journée : (ex : matin, vers midi, à 19h,...) vers 22 heures
◮ Lieu du sujet : Devant l'Institut médico-légal.
◮ Numéro de l'enquête et étape : Enquête de la saison 1 et étape 3
◮ Intervention d'un PNJ : Oui, pas de nom
◮ Circonstance du rp : Anna Stove se fait enlever en sortant du travail. Elle a décidé de travailler le samedi tard.




_________________


Anna Stove ❝Elle court, elle court, jusqu'au fond de ses rèves, et quand le jour se lève, elle voudrait bien arrêter les horloges mais les aiguilles font tic-tac dans sa tête.❞ Rod Janois - Les horloges


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Institut New York
Mes messages : 92
Inscrit le : 26/04/2012
Age : 26
Mon avatar : Eva Green
© Copyright : Dylan - Valingaï
J'habite à : Staten Island
Métier/Etudes : Médecin légiste
Age du perso : 30
Je suis : célibataire
avatar
Anna Stove
MessageSujet: Re: Enlèvement   Mer 12 Fév - 21:15


Anna Stove

Une journée ordinaire, avec du travail, le repas, travail et... travail. Tu ne faisais que cela en ce moment, à croire que tu ne savais pas vivre normalement, comme tous les autres employés. Tu étais félicitée de tous bords pour la tonne de travail que tu assurais tous les jours, on s'impressionnait du fait que tu passais tant de temps à l'institut, et tu les remerciais en souriant. Tu avais toujours été ambitieuse, et ses récompenses ne pouvaient qu'être bon pour la suite de ta vie professionnelle.

Mais tu n'étais pas heureuse, pas en ce moment Tu n'aurais jamais pensé le dire un jour, mais tu étais triste de cette solitude. Tu avais tout au niveau professionnel, mais ta vie personne se résumait en un mot : néant. Tu rentrais chez toi pour dormir et prendre une douche, et le reste du temps tu étais à l'Institut. Pas de fêtes, pas de sorties avec des amis, rien. Tu cumulais à cela l'inquiétude de ne pas avoir de nouvelles du seul ami qu'il te restait depuis plusieurs mois maintenant, et tu savais que ce n'était pas son genre, loin de là. Il s'était lui-même inquiété de ton absence de nouvelles au moment de l'attentat, alors à moins qu'il ne puisse physiquement le faire, tu ne comprenais pas cette absence. Tu déprimais donc dans ta vie privée, et t'épanouissais dans ta vie professionnelle, n'était-ce pas là ce que tu avais souhaité finalement ? Etre la meilleure médecin légiste de New-York était à ta portée maintenant, mais quel goût amer en ressortait...

Encore aujourd'hui, il était tard, trop tard selon des critères de normalité, et tu fermais seulement ton bureau. Tu sentais que tu avais besoin de dormir, et c'était la seule chose qui te faisait encore sortir en-dehors de ce lieu. Enfilant ton manteau long, tu passas donc la porte de l'Institut, après avoir signalé ton départ à l'équipe de sécurité, comme la consigne t'avait été donnée. Il faisait froid encore ce soir, comme tous les soirs en ce moment, et il pleuvait, malchance totale. Soupirant, tu pressas donc le pas : tu n'habitais pas très loin de là, et tu venais à pied... et tu avais oublié ton parapluie.

Était-ce la pluie qui couvrait tous les bruits, ou le fait que tu étais dans tes pensées ? Toujours était-il que tu n'avais pas entendu que l'on te suivait, et que l'on se rapprochait de toi. Tu ne le sentis que lorsqu'il posa sa main sur ton épaule, mais tu n'eus pas le temps de te retourner que tu sentis quelque chose dans ton cou. Tu voulais t'enfuir, te débattre, mas tu n'y arrivais pas. Tu sentais tes pensées elles-mêmes devenir confuses, puis ce fut le trou noir.

Code by Silver Lungs

_________________


Anna Stove ❝Elle court, elle court, jusqu'au fond de ses rèves, et quand le jour se lève, elle voudrait bien arrêter les horloges mais les aiguilles font tic-tac dans sa tête.❞ Rod Janois - Les horloges


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

Enlèvement

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
New York : F.B.I. ::  :: Manhattan :: Institut médico-légal-