AccueilAccueil  Forum Central  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 I'm not a child anymore.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
MessageSujet: I'm not a child anymore.   Dim 15 Sep - 22:43


I'm not a child anymore.


◮ Prénoms et Noms des participants au rp : Jared T. Washington && Dylan P. O'Hara
◮ Date du sujet : Septembre 2013
◮ Moment de la journée : Fin de journée/début de soirée
◮ Lieu du sujet : Bureau de Jared T. Washington
◮ Intervention d'un PNJ : Non.
◮ Circonstance du rp : Dylan tombe sur des lettres de Trey - son ex petit-ami, assassin de sa famille lorsqu'elle avait 16 ans - que Jared lui a cachées.






Dernière édition par Dylan P. O'Hara le Dim 15 Sep - 22:45, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
MessageSujet: Re: I'm not a child anymore.   Dim 15 Sep - 22:43




dylan && jared
i'm not a child anymore

Quelle joie de pouvoir enfin mettre le point final à un rapport, de savoir que ça y est, on allait pouvoir rentrer chez soi… J’adorais mon travail, et j’étais la première à vouloir faire des heures en plus, mais, pas pour faire de la paperasse. C’était la partie la moins plaisante du boulot, celle que j’aurais volontiers troquée contre plus de terrain. C’est donc avec un sourire satisfait que je lançais l’impression de mon rapport, sachant pertinemment qu’une fois déposée sur le bureau de Jared, je serais enfin débarrasser de cette corvée. L’impression lancée, je me levais de mon fauteuil et me dirigeais vers l’imprimante commune. Il n’y avait déjà plus grand monde dans le bureau. Il faut dire qu’avec mon perfectionnisme, j’avais relu encore et encore mes notes afin d’être sure qu’il ne manquait pas un seul détail. C’est sans doute pour cette raison que j’avais passé beaucoup de temps à la rédaction de mon document. Au moins, on ne pourrait pas me reprocher d’avoir fait un travail trop léger. Il était très important pour moi de toujours donner le meilleur de moi-même, que ce soit dans quelque chose que j’adorais – comme le terrain – ou que je ne portais pas spécialement dans mon cœur – comme la paperasse. Peu importe que ça me plaise ou non, j’avais à cœur de bien faire tout ce que j’entreprenais. Une fois les pages imprimées, je les reliais à l’aide de mon agrafeuse. Malheureusement, la mienne était déchargée et, j’eus beau fouiller chacun de mes tiroir, je ne trouvais pas la moindre petite agrafe. « Décidément, on ne va rien m’épargner ce soir… » Mais, puisque de toute façon je devais déposer mon dossier sur le bureau de Jared, j’y trouverais surement de quoi le relier.

Comme à son habitude, Jared n’avait pas verrouillé son bureau, mais, puisque la lumière était encore allumée, il ne devait pas être très loin. Je passais derrière son bureau et jetais un œil à la recherche d’une agrafeuse ou d’une boîte de trombones. Ne voyant rien de tel sur le bureau, je déposais le rapport sur la chaise et entrepris de jeter un œil dans ses tiroirs. De toute façon, si Jared avait des choses qu’il ne voulait pas que l’on voit dans son bureau soit il l’aurait verrouillé, soit il aurait mis ces choses sous clef dans une des armoires. J’ouvris donc le premier tiroir, mais, ne trouvant pas mon bonheur je passais au second, puis au troisième. « Bingo ! » Avec un sourire triomphal, j’attrapais l’agrafeuse et reliais mon rapport. J’entrepris alors de la ranger mais quelque chose attira mon attention. Au fin fond du tiroir se trouvait une pile d’enveloppe avec, pour expéditeur, l’intitulé de la prison d’état de Washington DC. Je fronçais les sourcils et posais l’agrafeuse pour récupérer la pile d’enveloppes. C’était mal de fouiller, surtout le bureau de son supérieur direct, mais je n’avais pas pu m’empêcher de succomber à ma curiosité. En voyant le destinataire, je dus m’assoir sur la chaise. Je n’en croyais pas mes yeux.

Dylan O’Hara, section de recherche des disparus, bureaux du FBI, New-York City

Ces lettres m’étaient destinées. D’abord, je ne compris pas pourquoi Jared avais intercepté mon courrier avant que je n’ai eu la chance de le lire, puis je fis très vite le rapprochement. C’était évident… La prison, Jared qui me cachait ces enveloppes… Elles ne pouvaient provenir que d’une seule personne. J’avalais avec difficulté ma salive et je sentis mon cœur se resserrer dans ma poitrine. Alors que je m’apprêtais à ouvrir la première lettre, j’entendis quelqu’un entrer dans le bureau. Je dirigeais alors mon regard vers la porte pour y trouver Jared. Il se passa quelques instants où je gardais le silence, sans même chercher à justifier ma présence dans son bureau ou le fait que j’avais fouillé ses tiroirs. Puis, avec difficulté, je pris la parole. « Qu’est-ce que… » J’avais du mal à trouver les bons mots. « Qu’est-ce que ces lettres font dans ton bureau ? » Des dizaines de questions se bousculaient dans ma tête. Que contenaient ces lettres ? Jared les avait-il lues ? Pourquoi me les avait-il cachées ? Depuis combien de temps se trouvaient-elles là ? Mais j’étais bien trop bouleversée pour arriver à poser toutes ces questions à voix haute. Je quittais alors Jared des yeux pour reporter mon attention sur les lettres. J’étais toujours assise à son bureau et, pour le moment, je n’avais pas la force ni l’envie de me lever.


BY .TITANIUMWAY

Revenir en haut Aller en bas
Chef d'équipe disparus de New York
Mes messages : 48
Inscrit le : 09/04/2012
Age : 27
Mon avatar : Shemar Moore
© Copyright : Valingaï
J'habite à : Manhattan
Métier/Etudes : Agent spécial du F.B.I.
Age du perso : 44 ans
Je suis : en couple

avatar
Jared T. Washington
MessageSujet: Re: I'm not a child anymore.   Mar 17 Sep - 13:56





Nous venions de finir une affaire, nous devions donc faire nos rapports de l'enquête. Je laissais donc les agents de l'équipe à leur bureau. Je fus convoquée par la nouvelle chef de section. Je crois qu'elle voulait avoir des nouvelles de l'enquête. Je dus me rendre dans son bureau pour lui faire un compte-rendu. Elle ne pouvait apparemment pas attendre de recevoir les rapports, elle voulait être informé tout de suite. Je lui signalai que tout c'était bien passé et que le disparu était à l'hôpital pour une visite de contrôle, qu'il était avec sa famille. Heureusement tout c'était bien terminé. C'est ce qu'il fallait à l'équipe. New York avait subi des restructurations et nous devions apporter de bons résultats. Je faisais tout pour motiver mon équipe et pour moi chacun s'impliquait bien et faisait du bon travail. C'était mon équipe et je n'étais du genre à lâcher personne. J'étai un chef "cool" et je tenais à le rester. Je voulais une bonne ambiance dans l'équipe et jusque là, ça allait plutôt bien. Je pus retourner à mon bureau. Les autres étaient rentrés, j'allais devoir lire leur rapport. Je pensais que tout le monde était partit, mais je surpris Dylan dans mon bureau. Elle tenait quelque chose et elle avait l'air surprise de me voir arriver. Je crois que je l'avais prise la main dans le sac. Elle me demanda ce que c'était, qu'est-ce que ces lettres faisaient dans mon bureau. Je compris tout de suite de quelles lettres il s'agissait. C'était les lettres lui étant destinées, celle venant de la prison.  « Ecoute, je vais t'expliquer. Mais avant ça, tu faisais quoi dans mon bureau ?   » SJe n'avais rien contre elle, mais ces lettres étaient au fond d'un tiroir et non au dessus du bureau. Je passais sur ça pour lui expliquer pourquoi je les avais. « C'est moi qui reçoit le courrier pour l'équipe et j'ai vu d'où venait ses lettres. Je sais que tu es le destinataire, mais je sais surtout qui est l'expéditeur. Tu as déjà bien trop souffert à mon goût. Tu n'as pas à lire ces atrocités. Crois-moi, ça ne peut te faire que plus de mal. Tu as déjà suivi une thérapie et je ne pense pas que lire ces choses soient une bonne chose. Je pense qu'aujourd'hui il faut aller de l'avant, tourner la page. Tu m'en veux peut-être mais je ne regrette pas ce que j'ai fait. Si c'était à refaire, je recommencerait car c'est pour ton bien.   » Dylan avait perdu sa famille à cause de ce malade, il l'avait aussi séquestrée et violée. Elle avait assez souffert comme ça sans que tout ça remonte à la surface. « Je les ais lu et crois-moi, tu ne devrais pas les lire.  » Ce malade écrivait que des atrocités. Il continuait d'écrire car il ne devait avoir que ça.  « J'aurais peut-être dû les détruire pour être sûr que tu ne tombes pas dessus. » Je pensais vraiment que Dylan ne devait pas les lire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
MessageSujet: Re: I'm not a child anymore.   Mer 18 Sep - 16:44




dylan && jared
i'm not a child anymore

« Ecoute, je vais t'expliquer. Mais avant ça, tu faisais quoi dans mon bureau ? » Je le regardais, totalement incrédule. Etait-il en train de m’accuser de quelque chose ? Je secouais la tête, prête à lui répondre mais il ne m’en laissa pas le temps, préférant enchainer ses propres explications. Ce qu’il faut savoir sur moi, c’est, que mon acharnement est sans borne. Plus l’on me dit que je suis incapable de faire quelque chose, plus j’ai envie de le faire pour prouver aux autres qu’ils ont tord. Et, il en allait de même lorsque l’on insinuait que j’étais trop faible ou que je ne saurais pas gérer un problème… C’était exactement ce que Jared était en train de me dire. Il pensait que je ne supporterais pas le contenu des lettres, que je ne serais pas assez forte pour l’affronter. Du moins, c’est comme ça que je le prenais. « Donc, tu penses que je ne suis pas assez forte psychologiquement ? » Autant m’assurer que ses insinuations étaient bien interprétées. J’adorais Jared, sincèrement. Pour moi, il était comme un frère. Il avait été là à un moment de ma vie où j’avais eu besoin d’une épaule sur laquelle m’appuyer, mais, j’avais l’impression, qu’à ses yeux, je n’évoluais pas. Que je restais une petite fille fragile. Cela titillait ma susceptibilité. Je ne voulais pas être réduite seulement à ça… J’étais bien plus qu’une victime. J’étais devenue plus... J’avais grandi, je m’étais forgée une personnalité de battante et, plus important encore, j’étais en mesure de m’occuper de moi-même. « Ce n’est pas à toi de décider ce qui est bien pour moi ou non. Je ne suis plus une petite fille ! » Que cela soit claire une bonne fois pour toute.

J’appréciais beaucoup le côté protecteur de Jared. C’était réconfortant de savoir qu’il était là pour veiller sur moi et qu’il tenait suffisamment à moi pour le faire. Mais, il ne devait pas non plus oublier que j’avais 27 ans et que je pouvais m’autogérer et prendre mes propres décisions. Et, lire ces lettres ou non était une décision qui n’appartenait qu’à moi. Après tout, oui, peut être que si Jared me les avais remises directement après leur réception, je les aurais moi-même détruite, mais ça aurait été mon choix. Il m’avait, en quelque sorte, retiré mon libre arbitre. « Ce n’est pas à toi que revenait la décision. Tu aurais du me les donner et c’est moi qui aurais décidé quoi en faire… » Je marquais une courte pause avant de reprendre : « J’aurais pu encore comprendre que tu me les donnes en me déconseillant de les lire, mais là ce n’est pas ce que tu as fait… » Je regardais à nouveau le tas d’enveloppe. J’ignorais depuis quand il recevait ce genre de courrier et, depuis quand il me le cachait, mais je me sentais quelque peu trahie. J’avais beau comprendre la décision de Jared, je ne l’acceptais pas. « Et depuis combien de temps tu caches mon courrier ? » J'insistais sur le pronom "mon" pour bien faire comprendre, encore une fois, qu'il en était ma propriété. « Laisse tombé, j’ai même pas envie de savoir… » Je les gardais dans une main, pas prête de les lâcher, et me levais du siège de Jared, mon rapport dans l’autre main. Je m’approchais de l’agent du FBI et lui tendis mon dossier. « Voilà, mon rapport… » Puis, pour dissiper tout doute sur la manière dont j’avais découvert les lettres, je précisais : « C’est en cherchant une agrafeuse pour le relier que j’ai trouvé les lettres…  Moi, je n’ai rien à cacher. »

Je m’apprêtais alors à sortir de son bureau, les lettres en main mais Jared n’avait surement pas dit son dernier mot et, le connaissant comme je le connaissais, cette discussion était loin d’être finie.


BY .TITANIUMWAY

Revenir en haut Aller en bas
Chef d'équipe disparus de New York
Mes messages : 48
Inscrit le : 09/04/2012
Age : 27
Mon avatar : Shemar Moore
© Copyright : Valingaï
J'habite à : Manhattan
Métier/Etudes : Agent spécial du F.B.I.
Age du perso : 44 ans
Je suis : en couple

avatar
Jared T. Washington
MessageSujet: Re: I'm not a child anymore.   Mer 2 Oct - 12:53





Dylan tenait les lettres qui lui étaient destinées et que j'avais délibérément cachées. Je lui expliquai la raison de mon choix. Elle me demanda alors si je pensais qu'elle n'était pas assez forte psychologiquement.  « Ce n'est pas ce que j'ai dit et ce n'est pas non plus ce que je pense. Je pense au contraire que tu es très forte psychologiquement pour en être là où tu es aujourd'hui. Tu es même l'une des personnes les plus fortes que je connaisse. Mais, ce n'est pas parce que tu as réussi à te relever et qu'aujourd'hui, tu sembles aller mieux qu'il faut t'infliger ça en lisant ces horreurs. Tu as le droit au bonheur et je ne vois pas pourquoi te faire souffrir en lisant ses abominations.  » Elle était énervée et au fond, je la comprenais, ne sachant pas comment j'aurais réagit à sa place, mais sûrement de la même façon. Elle m'expliqua qu'elle n'était plus une petite fille et que donc je n'avais pas à décider pour elle.  « Je sais très bien que tu n'es plus une enfant Dylan. Tu me le prouve tous les jours. Excuse-moi, mais lorsque j'ai reçu ces lettres, ce que j'ai fait me semblait alors être la meilleure solution. Je voulais juste éviter de te voir souffrir à nouveau. J'ai pensé à toi en le faisant.    » Elle était en colère et elle voulait me le faire savoir. Je sais qu'au fond d'elle, elle savait que j'avais fait ça pour la protéger, mais elle voulait me faire comprendre que je n'avais pas à la priver d'un choix. Elle aurait préféré savoir l'existence de ces lettres pour faire son propre choix. La décision ne me revenait pas selon elle. Elle n'avait pas tord au fond, mais au moment où je les avais cachés, ça me semblait être une bonne idée. Je n'avais fait ça que dans le but de la protéger car je tenais à elle. Même si elle était forte psychologiquement, en lisant ces lettres elle aurait été replongée dans toute cette histoire et ses souvenirs seraient remontés à la surface, c'était inévitable et je voulais lui épargner ça.  « Je lvoulais juste t'épargner des souffrances inutiles. Pour moi tu as assez souffert comme ça sans qu'il vienne en rajouter avec ces conneries. Je comprend que tu aurais voulu savoir, mais je ne voulais pas prendre le risque que tu les lises.   » Elle me demanda depuis combien de temps je cachais ces lettres. Sans me laisser répondre, elle ajouta que je pouvais laisser tomber, la réponse lui importait peu, le mal était fait. Je ne répondis donc pas à sa question. En effet, à quoi ça lui servait de savoir depuis quand. Elle tenait les lettres de toute façon, elle le verrait bien avec le cachet sur l'enveloppe. Elle me tendit son rapport et m'expliqua qu'elle avait trouvé les lettres en cherchant une agrafeuse. Elle n'avait pas besoin de se justifier. Elle allait partir lorsque je décidais de la retenir.   « Tu vas pas partir comme ça ?  » Je ne voulais pas que l'on soit fâché. « Je ne veux pas que l'on soit fâché. Je pense que tu sais que je tiens à toi. Tu es une personne que j'apprécie beaucoup. J'ai fais ça pour te protéger. Excuse-moi si j'ai mal agi.   » C'était important pour moi qu'elle ne m'en veuille pas. Je savais qu'elle ne me pardonnerait peut-être pas facilement, mais j’espérais qu'elle n'était pas trop en colère contre moi.  
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
MessageSujet: Re: I'm not a child anymore.   Dim 20 Oct - 14:13




dylan && jared
i'm not a child anymore

Au fond de moi, je savais que Jared n’avait pas pensé à mal et qu’il avait fait ce qu’il pensait devoir faire pour me protéger. Mais, même si je trouvais cette attention louable, je n’étais plus une petite fille et j’étais capable de me protéger toute seule. Je vivais très mal le fait que l’on puisse me prendre pour une petite fille apeurée. D’ailleurs, en général, quand je rencontrais de nouvelles personnes qui n’étaient pas déjà au courant de mon passé, je tâchais de ne pas leur dévoiler. Dés que quelqu’un connaissait mon histoire, son regard sur moi changeait, puis j’avais cette impression irascible de ne susciter que de la pitié. C’était peut être à cause de cela que je me sentais toujours obligé de prouver que j’étais bien à ma place dans cette équipe et que je pouvais encaisser beaucoup de choses sans sourciller. C’est pour cette raison que le fait que Jared me cache ces lettres m’avait mise totalement hors de moi. Je l’avais pris comme un manque de confiance en mes capacités à encaisser les choses. Il avait beau dire que j’étais la personne la plus forte qu’il connaissait, je n’arrivais pas à le croire. Jared était celui qui m’avait retrouvé dans cette cave sordide et je craignais qu’il ne garde que cette image de moi : la petite fille, la victime… « Oui mais peut être que lire ces lettres me seraient utiles. Peut être qu’elles contiennent un élément, même infime, qui me permettrait de comprendre comment j’ai pu me tromper à ce point sur lui à l’époque et comment éviter de refaire cette erreur… » Je soupirais et croisais les bras sous ma poitrine. Une partie de moi était d’accord avec Jared : lire ses lettres ne pouvait rien m’apporte, mais l’autre partie de moi n’était pas de cette avis. Elle était avide de curiosité et de besoin de savoir. Comment pouvais-je savoir si ces lettres me feraient du mal si je ne les lisais pas ? Plus important encore : comment Jared pouvait-il être certain qu’il ne serait pas bon pour moi de les lire ? Est-ce qu’il les avait lui-même lu ? Ou bien avait-il déduit ça de son expérience et de ce qu’il connaissait de Trey. Il n’y avait qu’un seul moyen de le savoir… « Tu les as lues ? » Mon ton était accusateur avec une pointe de désespoir. J’espérais sincèrement qu’il ne les avait pas lues. Qu’il me les cache, je pouvais encore comprendre, mais qu’il les lise c’était tout autre chose.

Le mélange de colère et d’angoisse que je ressentais m’empêchait de réfléchir correctement et, sentant que j’étais à deux doigts de craquer et laisser mes nerfs s’exprimer en inondant mon visage de larmes, je préférais partir. Je ne voulais pas que Jared me voit ainsi. Je ne voulais pas que quiconque me voit ainsi. J’étais plus forte que cela, je devais être plus forte que ça… Je pris une profonde inspiration et commençais à me diriger vers la sortie. C’est à ce moment là que Jared me retenu par le bras. « Tu vas pas partir comme ça ? » Quel autre choix avais-je ? Celui de rester et prendre le risque qu’un collègue mal avisé passe devant le bureau au moment où je me mettrais à fondre en larmes ? Quelle réputation aurais-je après cela ? La petite protégée du chef qui pleurniche… Non merci… C’était déjà suffisamment difficile de trouver sa place et prendre ses marques dans une équipe, sans qu’en plus mes collègues finissent par me prendre pour une fille trop vulnérable et faible pour ce travail. « Je ne suis pas fâchée… » Je marquais un petit temps d’arrêt avant de reprendre. « Je suis juste déçue… Déçue de voir que tu n’as pas assez confiance en la pertinence de mes propres choix pour me laisser la liberté de prendre une décision… Qui te dit que je les aurais lues ? Et même si je l’avais fait, qui te dit que ça n’aurait pas été une bonne idée ? » Je soupirais et fermais la porte pour plus de discrétion. « Je sais que tu croyais bien faire, mais c’est important pour moi que tu arrêtes de me voir comme la petite fille apeurée que tu as secouru dans cette cave. Je suis plus que ça maintenant. Je ne vais pas m’effondrer juste parce qu’un psychopathe a décidé de m’écrire des lettres. » Je m’approchais et plantais mon regard dans celui de Jared. « Et si, comme tu le dis, tu sais que je suis une fille forte émotionnellement, tu n’aurais jamais du me cacher ces lettres. »



BY .TITANIUMWAY

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: I'm not a child anymore.   

Revenir en haut Aller en bas
 

I'm not a child anymore.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
New York : F.B.I. ::  :: Archives administratives-